CONFérence digitaL

La Révolution Numérique en Afrique : quels bouleversements et quelles opportunités économiques ?

Si vous l’avez manquée, pas de panique voici un résumé des temps forts de la conférence. Retour sur la conférence sur le digital en Afrique…

Le mardi 27 novembre a eu lieu la conférence sur le développement du digital en Afrique réalisée par L’AEDA. A cette occasion, nous avons eu l’honneur d’accueillir Madame Bwalya Mwali, consultante d'affaires, experte en développement et Monsieur Bacely Yorobi co-fondateur de ConnectX Global qui accompagne les projets entrepreneuriales en Afrique.

Comme vous avez pu l’entendre régulièrement depuis le virage du digital dans le monde, l’Afrique concentre un potentiel numérique énorme qu’il faut savoir exploiter avant la mainmise des géants du numérique. Nos intervenants du continent nous ont ouverts les portes du numérique en Afrique.

Le continent africain est un écrin de richesses tant sur le plan économique que sur sa diversité culturelle qui n’a pas d’impact négatif au sein du secteur du numérique, bien au contraire. L’AEDA a sélectionné les conseils fondamentaux à retenir de l’intervention de Monsieur Bacely Yarobi pour nos entrepreneurs en devenir:

1. Prendre connaissance du potentiel de la Silicon Savannah. Monsieur Bacely Yorobi a en effet souligné l’étendue de la Silicon Valley africaine surnommée « la Sillicon Savannah » : un écosystème de start up, d’investisseurs et de chercheurs situé au Kenya sur lequel Google, Microsoft et Intel ont déjà pariés.

2. Etudier les futures cibles et leurs comportements d’achats. Le startupper a tenu à rappeler « la nécessité de connaître la culture africaine, le terrain et de créer des alliances avant d’entreprendre en Afrique ». En effet, les comportements des consommateurs et leurs habitudes de consommation sont différents des autres continents.

3. Veiller et analyser les expériences des entreprises implantées. Le dernier conseil du serial entrepreneur, mais pas des moindres, est de considérer les entreprises déjà en place. Il a d’ailleurs mis en lumière les start up pionnières sur le marché du numérique telles que Jumia, une plateforme de e-commerce, Partech le premier fond d’investissement en Afrique digital ou encore Afric’up qui connecte les start’up aux entrepreneurs.

Nous avons également eu le plaisir d’interroger Madame Bwalya Mwali, qui a confirmé les dires de son confrère portant principalement en tous points sur la connaissance pure et simple de l’Afrique pour s’y ancré au mieux.

L’intervenante engagée a particulièrement rappelé la jeunesse de la population africaine, une population qui est principalement touchée par l’arrivée du numérique.

Elle a surtout répondu aux nombreuses interrogations de nos participants :

Quand savons-nous que c’est le moment pour se lancer et que notre projet est le bon ?

« Vous devez prendre le risque de perdre, car ne pas se lancer c’est déjà perdre en laissant les géants du monde notamment les Etats-Unis et la Chine prendre votre place. A ce moment-là vous n’aurez plus la possibilité de réfléchir à votre implantation ! »

Comment créer des connexions en tant qu’homme blanc tout en considérant les antécédents historiques ?

« Les bonnes personnes sont partout, et les mauvaises aussi. Ce qui jouera c’est votre volonté de créer des liens et des partenaires d’origines africaines qui seront réellement vous orienter. Vous ne devez pas entreprendre en Afrique seulement dans l’optique d’un apport financier ».

L’Association AEDA tenait une fois de plus à remercier nos intervenants qui ont apporté une réelle valeur informationnelle à la conférence et qui ont su interagir avec proximité et sincérité à nos participants.

​​​​​

Néri Saint-Vil, CM AEDA

1/6

10 rue Sextius Michel 

Paris 75015

  • White Facebook Icon
  • White YouTube Icon
  • White Twitter Icon